Neveo Shop

L’histoire de Neveo racontée par Vincent, co-fondateur

L’histoire de Neveo racontée par Vincent, co-fondateur

Neveo est une application qui permet de créer, en famille, un journal envoyé tous les mois chez les grands-parents. L’histoire de Neveo commence par une envie, celle de trouver une solution à un problème: le manque de moyens disponibles pour communiquer avec nos grands-parents, parfois déconnectés. 

Voici la belle histoire de Neveo, racontée par Vincent, son co-fondateur: 

Qui es-tu et d’où viens-tu?

Je m’appelle Vincent Leroy. Je suis né à Namur, en Belgique. J’ai fait des études en construction et électronique.

D'où vient l'idée du concept de Neveo?

J'ai toujours été passionné par la recherche de solutions. Déjà dans le milieu de la construction, j’aimais beaucoup chercher et trouver des solutions à des problèmes pratiques. J’étais dans le même état d’esprit face aux difficultés que rencontrait ma grand-mère dans la gestion de ses médicaments. J’ai alors voulu créer un pilulier automatique, qui permettrait de ranger et distribuer les médicaments automatiquement, pour éviter qu’elle ne prenne des somnifères le matin et qu’elle dorme toute la journée, par exemple. Cela s’est révélé plus compliqué que prévu. Je suis ensuite parti vivre à l’étranger d’où j’ai eu beaucoup de mal à communiquer avec mes grands-parents. Il n’existait pas de solution simple pour partager des photos, notamment. En plus de cela, je voyais le bonheur que cela leur procurait de recevoir des nouvelles de leur famille, des photos, des cartes postales. Suite à ces deux constats, j’ai compris qu’il y avait là un réel manque et un réel besoin des familles de partager des nouvelles avec leurs aînés.

Est-ce à ce moment-là que tu as décidé de te lancer dans l'entrepreneuriat?

L’entrepreneuriat était quelque chose qui m’attirait déjà. En rentrant de cette année à l’étranger, j’ai suivi quelques formations d’Innov2Go en entrepreneuriat. À l’époque, il y avait déjà énormément d’écosystèmes pour aider les jeunes à innover et entreprendre. Mon idée n’était pas vraiment affirmée, j’avais envie d’entreprendre, mais sans vraiment savoir ce que c’était et ce sont ces formations et ces écosystèmes qui m’ont poussé à sauter le pas.

Simon et Jérôme t’ont aidé à concrétiser ton idée. Comment t’ont-ils rejoint?

J’avais l’idée du besoin, mais pas encore l’idée de la solution (qui a d’ailleurs par la suite pivoté dans tous les sens, plusieurs fois). J’ai donc rapidement cherché un associé. On s’est très vite bien entendu avec Simon Desbarax. Lui était beaucoup plus orienté business et finance, alors que moi j’étais orienté créativité et R&D. On se complétait bien. Jérôme du Bois d’Enghien, qui nous a ensuite rejoints, nous a apporté tout l’aspect technique et concrétisation de nos idées. C’est vraiment avec Simon et Jérôme qu’on a trouvé la solution qui répondait réellement à ce besoin de partage. 

Que signifie Neveo?

Le névé c’est la neige éternelle au sommet des montagnes, ce qui représente pour nous la pyramide des âges. Combiné avec le préfixe néo, qui signifie nouveau, ça a formé Neveo

Il parait que Neveo n'a pas toujours été un journal papier…

Effectivement, au début c’était une chaîne de télévision sur laquelle les grands-parents retrouvaient les photos de leurs familles ! Ensuite, on a imaginé un appel en visio-conférence connecté au téléphone fixe et à la télévision des grands-parents. Pour ensuite, tout doucement, arriver à l’idée du journal papier.

Pourquoi avoir choisi le papier comme support? Quels sont ses avantages?

Au début c’était un choix pratique. Sur papier, la télévision semblait être une bonne idée, assez simple pour les grands-parents. Mais on a très vite rencontré énormément de problèmes techniques et de problèmes d’utilisation. Par exemple, les grands-parents débranchaient par mégarde la prise de leur télévision et nous appelaient pour nous dire que ça ne fonctionnait plus. On devait alors se déplacer pour régler le problème. Dans d’autres cas, la chaîne Neveo n’était pas compatible avec certaines télévisions. Ça fonctionnait pour certains de nos clients mais, pour beaucoup d’autres c’était très complexe. On s’est donc dit qu’il fallait quelque chose de plus simple. L’idée du journal papier s’est présentée un peu comme une évidence. C’était une idée facilement réalisable et le papier, contrairement à la télévision, n’entraîne pas de problèmes techniques. Il a aussi énormément de valeur. Une première dizaine de clients a testé le journal et on a très rapidement basculé vers ce support. 

 

Vincent et Grama, sa grand-mère maternelle. Elle est la première grand-mère a avoir reçu des journaux Neveo. En décembre, elle recevra son 36ème journal et, au total, sa famille lui aura envoyé plus de 2500 photos. 

Le processus n’a pas toujours été automatisé. Comment faisiez-vous au début?

On ne voulait pas automatiser le processus tant qu’on n’avait pas validé le concept. Jusqu’à 200 journaux, on a donc tout fait manuellement. On mettait les journaux en page à la main, on les imprimait, les mettait dans les enveloppes et on les déposait à la poste. Cela représentait énormément de travail, mais c’étaient des moments géniaux. On sentait que quelque chose se passait et on était ravis.

Quel a été ton plus grand apprentissage depuis la création de Neveo?

Mon plus grand apprentissage de ces dernières années est qu’il faut toujours tester ses hypothèses au maximum avant de les valider ou de les invalider et qu’il est important de faire confiance à ses intuitions. Ce n’est pas parce que quelque chose est crié très fort par une personne importante que c’est vrai, ce qui ne fonctionnait pas avant peut fonctionner aujourd’hui et ce qui n’a pas fonctionné pour un autre projet peut fonctionner pour le nôtre. Je me suis aussi rendu compte de l’importance de faire confiance aux gens avec qui je travaille et de laisser à chaque membre de l’équipe l’occasion de prendre ses responsabilités. C’est essentiel pour que chacun s’épanouisse, que les idées se développent et que l’entreprise et le produit grandissent sainement. 

Quels sont tes souhaits pour l'avenir? À quoi ressemble le Neveo du futur?

Mon souhait pour l’avenir est de continuer à mettre en pratique notre vision qui est de remettre les grands-parents au coeur de la famille et de créer ou renforcer les liens entre les différents membres d’une famille. On continuera à s’adapter aux habitudes et aux outils utilisés par chaque génération. Aujourd’hui on permet aux plus jeunes de partager des émotions et des moments de vie avec les plus âgées grâce à un smartphone et à un journal papier. Mais demain ce seront sûrement d’autres outils! L’idée est vraiment d’adapter chaque outil à chaque génération pour que chacun puisse, avec les outils qu’il connaît le mieux, partager plus de moments avec ses proches. 

 


 

Créé en 2016, Neveo lutte contre l'isolement des aînés et renforce les liens intergénérationnels grâce à un outil simple et adapté à tous: une application mobile qui permet de créer, en 2 minutes, un journal familial envoyé tous les mois aux grands-parents.

L’application mobile Neveo est aujourd’hui utilisée par 100 000 personnes dans le monde, les journaux sont livrés dans 110 pays et, chaque mois, 1 million de photos sont envoyées chez plus de 20 000 grands-parents.